Doulas, un nouveau métier ?

Santé-Médecine.Net, janvier 2008

200801-SanteMedecineLe métier de doulas, encore peu développé en France, consiste à aider les futures mamans pendant leur grossesse. En 2006, 138 grossesses sur 800000 environ ont été accompagnées par une doula.
Doula signifie servante : les doulas remplacent les cousines qui aidaient les futures mamans et tentent d'apporter un soutient et une aide, ce que les sages femmes n'ont malheureusement plus toujours le temps de faire en raison d'une surcharge de travail et d'un manque d'effectifs.
Ces femmes qui ont eut un ou plusieurs enfants, maternent la future maman, apportent leur soutien et leur expérience et répondent aux questions que se posent les mamans. Elles peuvent également aider les femmes dans leur vie quotidienne.

Les doulas apportent un soutien psychologique, une écoute et une présence.
Elles accompagnent les mamans du début de la grossesse jusqu'à l'accouchement et établissent une relation de confiance et de complicité.
Leur tarif, non remboursés par la sécurité sociale, est de l'ordre de 500E. Elles se rendent en général 4 à 5 fois au domicile de la future maman avant la grossesse et 4 à 5 fois après. Elles peuvent être appelées au téléphone pour renseigner la femme qui fait appel à ses services.
Une doula n'a pas de fonction médicale et n'a pas d'existence officielle en France.

Pourquoi cette tendance ?
Les sages femmes sont surchargées, effectuent des gestes de plus en plus techniques et ont moins de temps à accorder aux patientes
Elles peuvent rarement suivre une femme uniquement pensant son accouchement.
Les femmes ne peuvent pas toujours être surveillées par la même sage femme.

Sage femme ou Doula : une polémique de plus en plus grande.
Les doulas n'ont pas de formation médicale pour répondre aux lquestions concernant la santé de la maman et de son future bébé. Elles ne peuvent délivrer que des conseils n'ayant pas de rapport avec la médecine.
Mais où est la frontière ?. Il est bien difficile de séparer les conseils médicaux que sont autorisées à délivrer les sages femmes, des seuls conseils non médicaux que peuvent donner les doulas.
Pour de nombreux professionnels de la naissance, avoir accouché d'un ou plusieurs enfants, ne permet pas systématiquement, sans formation de s'occuper de femmes enceintes.
Le collège national des gynécologues obstétriciens français, CNGOF et le collège national des Sages femmes, le CNSF ,estiment que les doulas sont une mauvaise réponse au problème de la surcharge de travail des sages femmes.
Il est vrai que les femmes enceintes souhaitent avoir des informations personnalisées qu'elles ne réussissent pas toujours à obtenir dans les maternités, auprès des sage femmes, en raison du manque de personnel. Il semble indispensable de donner davantage moyens aux sages femmes afin de remédier à ces carences.
Rappelons qu'un des rôles de la sage femme est l'éducation de la future maman...

Les doulas peuvent elles représenter un certain danger?
Les problèmes rencontrés :

  • Une absence de reconnaissance officielle et légale et de formation reconnue
  • Des difficultés à hiérarchiser les informations délivrées entre les simples conseils et les informations médicales.

Même si certaines doulas bénéficient d'une formation minimale de 32 jours environ, d'autres peuvent s'improviser doula du jour au lendemain après avoir effectué quelques stages ou simplement après avoir eut un ou plusieurs enfants.
De nombreuses sages femmes estiment même que l'accompagnement d'une doula peut représenter un risque pour la future maman.
Il est nécessaire que cette profession soit encadrée légalement car les formations qui existent ne sont pas forcement toutes valables et aucun organisme officiel ne les valide.