Une récente revue d’étude impliquant plus de 15000 femmes démontre encore une fois les bénéfices de l’accompagnement à la naissance

Co-Naissance, 2 mai 2011

20110502-CoNaissance-UneRecente-RevueDepuis l’étude de grande ampleur de Klaus, Phyllis & Klaus qui concluait que l’accompagnement durant le travail et l’accouchement rapportait d’importants bénéfices aux niveaux de la santé périnatale et des issues positives des accouchements accompagnés, plusieurs études, de moins grandes envergures, ont vu le jour, rapportant toutes, elles aussi, l’existence d’avantages non négligeables.

Cette première étude dont je vous parle se résume à ceci:

La présence d’une doula lors du travail et de l’accouchement permettrait:

  • un accouchement plus facile,
  • abaissement de 50% du taux de césarienne,
  • diminution de 25% de la durée du travail,
  • diminution de 60% de l’utilisation d’une péridurale,
  • de 40% d’utilisation d’ocytociques,
  • et l’utilisation des forceps est diminuée de 30%

Source: Marshall H. Klaus, John H. Kennell, Phyllis H. Klaus, The Doula Book: How A Trained Labor Companion Can Help You Have a Shorter, Easier, and Healthier Birth. Perseus Press, 2002, Chapitre V

Plusieurs autres études ont démontré des résultats similaires :
Klaus, Marshall H., John Kennel et Phyllis Klaus. Mothering the Mother: How a Doula Can Help You Have a Shorter, Easier, and Healthier Birth. Reading, Massachusetts: Addison-Wesley Publishing House, 1993
“Continuous support for women during childbirth” Hodnett ED, Gates S, Hofmeyr GJ, Sakala C. Cochrane Database Syst Rev. 2003
“The obstetrical and postpartum benefits of continuous support during childbirth”.Scott KD, Klaus PH, Klaus MH. J Womens Health Gend Based Med. 1999
“A comparison of intermittent and continuous support during labor: a meta-analysis”. Scott KD, Berkowitz G, Klaus M. Am J Obstet Gynecol. 1999
A randomized controlled trial of continuous labor support for middle-class couples: effect on cesarean delivery rates. McGrath SK, Kennell JHBirth. 2008 Jun; 35(2):92-7.
Effects of psychosocial support during labour and childbirth on breastfeeding, medical interventions, and mothers’ wellbeing in a Mexican public hospital: a randomised clinical trial.
Langer A, Campero L, Garcia C, Reynoso S.BR J Obstet Gynaecol. 1998 Oct; 105(10):1056-63.
Continuous emotional support during labor in a US hospital. A randomized controlled trial.
Kennell J, Klaus M, McGrath S, Robertson S, Hinkley C.JAMA. 1991 May 1; 265(17):2197-201.

Certaines d’entre elles démontrent aussi une diminution de 30% de l’utilisation de médicaments pour soulager la douleur (toutes catégories confondues).

L’étude récemment paru (2011) dans la Cochrane Library (revue d’une étude de 1997) est l’étude la plus complète et élargie qui ait été réalisée dans le domaine. Cette étude résume les résultats de 21 essais randomisés, impliquant au total 15,061 femmes.

En gros, les femmes ayant reçu un support continuel durant le travail et l’accouchement étaient moins enclines que celles n’ayant pas reçu ce type de support à :

  • avoir une anesthésie régionale
  • avoir une quelconque analgésie/anesthésie
  • vivre une extraction instrumentale (ventouse, forceps)
  • donner naissance par césarienne
  • avoir un bébé dont le score d’APGAR était faible à 5 minutes de vie
  • rapporter de l’insatisfaction à l’égard de leur expérience d’accouchement

Les femmes ayant reçu un support en continu étaient plus enclines à:

  • Donner naissance spontanément (c’est à dire, sans extraction instrumentale (forceps, ventouse) ou par césarienne)
  • Avoir un travail plus court

Les chercheurs, suite à l’analyse des données, ont conclu ceci face à l’implication d’une telle pratique :
Le support lors du travail et de l’accouchement en continu devrait être la norme, plus que l’exception. Les décideurs des politiques médicales devraient considérer rendre l’accompagnement continu durant la naissance un service couvert (par les assurances), et les hôpitaux devraient implémenter des programmes afin d’offrir un support en continu durant la naissance. Dans les services de maternité actuels, les bénéfices de l’accompagnement à la naissance ont tendance à être supérieurs avec des accompagnantes qui ne font pas partie de l’équipe hospitalière, qu’avec ceux faisant partie du personnel hospitalier.

L’étude en entier (pour ceux et celles TRÈS motivé(e)s!) : Continuous Labor Support for Women During Labor

On parle de la profession et des études menées à ce sujet ici : Childbirth Connection

Alors, qu’attendons-nous pour rendre ce service accessible à toute personne désireuse de s’en prévaloir? Qu’attendons-nous pour valoriser la profession auprès du personnel hospitalier? Qu’attendons-nous pour s’assurer que les professionnels en milieu hospitalier savent et comprennent ce qu’est l’accompagnement à la naissance (parce que non, nos connaissances ne se limitent pas à faire des massages dans le bas du dos et à expliquer ce qu’est l’épisiotomie!)? Qu’attendons-nous pour reconnaître l’accompagnement à la naissance comme un service de santé permettant de sauver plusieurs interventions, alléger les coûts du système de santé, et augmenter les issues positives des naissances?

Je vous le demande…

D’ici là, on fait notre petit bonhomme de chemin au coeur d’une profession mal connue dans certaine partie du monde (je vous laisse deviner lesquelles..), mais qui a fait ses preuves depuis longtemps à l’échelle mondiale.

Bianca

Accompagnante à la naissance et fière de l’être!