Une doula c’est quoi ?

Une doula est une femme aux cotés de la femme enceinte et de ceux qui l'entourent, elle est à l'écoute de ses désirs, ses besoins et la suit dans ses choix. Elle propose un accompagnement dans la continuité, une relation de confiance, de complicité et d'intimité de femme à femme.

Pour l'association Doulas de France, la doula a pour vocation d'accompagner et de soutenir la future mère et son entourage pendant la grossesse, l'accouchement et la période postnatale, grâce à son expérience et à sa formation, et cela uniquement en complément du suivi médical choisi par les parents (hôpital, clinique, sage-femme libérale...). Elle accompagne sans discrimination liée aux origines, à la religion ou à la préférence sexuelle des parents. Une doula n'a pas de fonction médicale, elle n'est pas thérapeute. Elle soutient le travail des sages-femmes.

Lire notre charte

Le mot "doula", du grec ancien, est utilisé aujourd'hui dans le domaine de la périnatalité, pour nommer une femme qui a pour vocation d'aider une autre femme et son entourage pendant la grossesse, l'accouchement et la période postnatale, grâce à son expérience et à sa formation. Elle incarne la figure féminine qui se tenait autrefois auprès de la femme qui met au monde son bébé, aux côtés de la sage-femme.

Aux États-Unis le mot "doula" est entré dans le dictionnaire et désigne une femme qui accompagne la mère pendant la périnatalité. En 2011, la définition du mot "doula" apparait dans le dictionnaire Hachette.

 

Elle accompagne, soutient, entoure, les femmes seules ou les couples, et leurs proches.
Elle n'exerce pas le métier de sage-femme.
Elle s'engage à la confidentialité et se soumet au secret professionnel.

Philosophie

Être doula est une manière d'être et non de faire

Notre accompagnement est complémentaire de celui de la sage-femme ou du médecin et ne remplace en aucun cas le suivi médical de la mère pendant sa grossesse et l'accouchement. Nous ne sommes pas des thérapeutes et nous ne pratiquons aucun acte médical. Nous ne dispensons pas de consultation ni examen ou avis médical d'aucune sorte. Les doulas n'ont aucune compétence pour établir un suivi médical de grossesse ou pratiquer un accouchement.

Nous ne pouvons pas accompagner les mères, les couples qui n'ont pas mis en place un suivi médical par une sage femme ou par un médecin.

Nous ne pouvons pas être présente pendant le travail et l'accouchement sans qu'une sage-femme ou un médecin soit présent.

Nous soutenons le travail des sages-femmes, dans le respect réciproque de nos compétences. Nous travaillons à créer un lien entre tous les intervenants médicaux et sociaux.

Nous sommes solidaires les unes des autres, prêtes à nous soutenir mutuellement, à mettre nos compétences en commun, et à partager nos acquis. Nous nous engageons à remettre en cause nos acquis régulièrement et nous former continuellement par le biais de stages, d'ateliers, de colloques ou conférences pouvant améliorer la qualité de nos services auprès des parents.

Nous souhaitons oeuvrer ensemble pour que les femmes et les couples soient respecté(e)s, se sentent plus en confiance, plus conscient(e)s que la naissance leur appartient.

Il n'existe pas un modèle unique de doula, il y a autant de doulas différentes que de femmes.

Lire notre charte

Une doula pour quoi ?

Un accompagnement dans la continuité

Aujourd’hui en France, il est rare qu’une mère soit suivie par la même personne tout au long de la grossesse, rare qu’elle connaisse la sage-femme qui sera présente lors de son accouchement et qu’elle ait pu établir une relation de confiance avec elle. Il est rare que la même sage-femme soit présente tout au long de l’accouchement surtout s’il est long. Si la mère est suivie par un obstétricien, si tout se déroule normalement, il est rare de le voir avant la phase ultime du travail. Dans la période postnatale, et au cours de l’allaitement, la femme voit, là encore, une sage-femme différente, des puéricultrices, infirmières, auxiliaires, aides soignantes, pédiatre, etc… toutes personnes hautement qualifiées, mais qui sont le plus souvent étrangères pour elle.
Les visites prénatales sont dans la plupart des cas très courtes, les cours de préparation, quand ils existent, peuvent être donnés par des sages-femmes encore une fois différentes, et les informations peuvent varier d’une personne à l’autre, ce qui est désorientant.
Le sentiment de sécurité intérieure de la mère est une clé pour qu’un accouchement se passe bien. L’environnement médical ne contribue qu’exceptionnellement à la sécurité affective et inconsciente de la mère. La présence d’une doula est une bonne réponse à ce besoin. Elle crée une continuité, établit une relation de confiance, de complicité et d’intimité de femme à femme, ce qui permet à la mère de se sentir en sécurité à chacune des étapes du déroulement de la naissance.

Elle peut intervenir avant même la conception, et étendre ses services jusque dans la période postnatale, celle-ci étant définie de la naissance à… 3 ans.

Le père et la doula
Dès les rencontres prénatales, la doula peut être une interlocutrice importante pour le père, qui bien souvent n’a pas de lieu de parole, ni de personne à qui poser ses questions durant la grossesse.
Elle peut lui apporter une aide morale, lui transmettre des outils qui ont aidé d’autres parents pour accompagner sa femme.

Lors de l’accouchement, la doula peut, si le père le souhaite et le formule (ou en a formulé la demande), l’aider à trouver sa place en le guidant dans ses gestes et ses paroles pour mieux accompagner la mère. Elle peut lui permettre de comprendre ce qui se passe sur le déroulement des événements qui jalonnent la naissance.
La présence de la doula auprès de la femme peut aussi donner au père la liberté d’aller et venir, voire de s’absenter, sans se culpabiliser. Du point de vue la mère, elle ne fait plus peser tout le poids de sa demande de soutien sur le père, elle se libère de l’éventualité de lui en vouloir dans le cas où il craquerait.
Il peut se trouver débordé par des peurs face à l’expression de la douleur de la femme en travail, et à l’intensité émotionnelle de l’événement, et il peut avoir besoin d’être soutenu lui-même. La doula apporte à la mère et au père le réconfort, l’ancrage et le recul d’une femme d’expérience. Son implication émotionnelle est différente, plus distanciée.
En tant que femme, elle peut aussi rassurer le père sur l’état particulier, instinctif dans lequel se trouve sa compagne durant l’accouchement.

Avant la naissance, certains hommes sont particulièrement réticents à l’idée de la présence d’une doula, y voyant une intrusion dans leur espace privé ; après la naissance ils sont parfois les plus partisans, mesurant la difficulté dans laquelle ils se seraient trouvés sans l’appui d’une femme neutre et expérimentée qui renforce leur rôle, leur donnant plus de liberté pour apporter un soutien personnel.

Une source d’informations

Une doula est disponible pour la mère et aussi pour son compagnon, à l’écoute de leurs questions. Elle les soutient dans leur quête de renseignements et les oriente vers les sources d’information, pour que le couple soit autonome dans ses décisions. Elle peut aussi en cas de besoin diriger les parents vers les médicaux ou vers des personnes spécialisées (conseillère en lactation, osthéopathe…), et aussi vers d’autres parents qui pourront partager leur expérience avec eux.

Les doulas doivent pouvoir fournir une information aussi objective, complète et actuelle que possible, éventuellement basée sur la médecine factuelle, grâce :

  • à leurs formations, lectures,
  • aux conférences auxquelles elles assistent,
  • à une bonne connaissance des outils qui permettent d’accéder aux études scientifiques,
  • aux réseaux de doulas qui permettent l’échange d’informations,
  • etc…
Un savoir-faire et des outils
La plupart des doulas ont une double expérience de la naissance : celle d’avoir accouché elles-mêmes, et celle d’accompagner les femmes. Une doula a à cœur d’aider les parents à s’approprier cet événement. Elle sait que la femme a en elle les ressources nécessaires pour cela, et elle a confiance en la femme qui donne la vie. Elle a acquis des outils qui peuvent aider les mères à vivre leur accouchement dans le respect de leur corps et de leur enfant, dans le respect de leurs croyances, et dans le respect de la physiologie si celle-ci est possible et souhaitée.
Une écoute et un soutien moral dans le respect mutuel
Lors de l’arrivée d’un enfant, et en particulier du premier, la mère comme le père peuvent se trouver submergés par des émotions ou des questions et souvent ils sont sans interlocuteur. La doula peut les aider à créer un espace de confiance où ils pourront s’exprimer ensemble ou séparément. Elle pourra simplement les écouter et répondre dans la mesure du possible à leurs questions, leur apporter des informations, des suggestions, sans les juger. Elle pourra les soutenir dans leurs démarches si nécessaire et dans leurs choix. Elle pourra aussi les mettre en contact avec d’autres parents qui auront déjà vécu une expérience similaire et qui pourront partager ces vécus avec eux.
Une aide après l'accouchement, pour l'allaitement

Pour la vie quotidienne : son rôle peut être très important dans la période postnatale, soutien indispensable à la femme dans ces moments sensibles, les plus beaux mais aussi parmi les plus difficiles de sa vie, à une époque où la famille est nucléaire, où elle ne bénéficie pas de l’aide de la vie communautaire. La doula peut aider à l’organisation du quotidien, parfois compliquée au début (gestion des aînés,portage en écharpe, trucs et astuces…).

Pour l’allaitement : la doula a souvent elle-même allaité, ce qui lui permet d’être un soutien réellement efficace pour la mère qui allaite.
Les résultats des études le montrent. Voir Doula, accouchement et allaitement paru dans Les Dossiers de l’Allaitement.

Debriefing :
La naissance d’un enfant constitue l’un des évènements les plus marquants de la vie d’une femme. Pour certaines personnes, y compris les hommes, il peut s’agir d’une épreuve à dimension initiatique. Un besoin fondamental d’en parler à nouveau peut advenir et son corollaire, la nécessité d’être écouté(e) dans un esprit bienveillant devient indispensable. Une doula, témoin direct de l’évènement, peut permettre cela, participant également à son niveau, à la pérennité de la mémoire.

L'accompagnement à la naissance : des effets positifs prouvés
Des essais cliniques randomisés (références ci-dessous) sur le soutien émotionnel et physique pendant le travail ont démontré de multiples avantages :
[progressbar id= »1″ dimen= »200″ text= »- 50% » info= »de césarienne » width= »5″ fontsize= »25″ percent= »50″ fgcolor= »#dc015b » bgcolor= »#eee » fillcolor= »#fff » type= »full » border= »outline »]
[progressbar id= »2″ dimen= »200″ text= »- 25% » info= »de temps de travail » width= »5″ fontsize= »25″ percent= »25″ fgcolor= »#dc015b » bgcolor= »#eee » fillcolor= »#fff » type= »full » border= »outline »]
[progressbar id= »3″ dimen= »200″ text= »- 60% » info= »de péridurale » width= »5″ fontsize= »25″ percent= »60″ fgcolor= »#dc015b » bgcolor= »#eee » fillcolor= »#fff » type= »full » border= »outline »]
[progressbar id= »4″ dimen= »200″ text= »- 30% » info= »d’analgésique » width= »5″ fontsize= »25″ percent= »30″ fgcolor= »#dc015b » bgcolor= »#eee » fillcolor= »#fff » type= »full » border= »outline »]
[progressbar id= »5″ dimen= »200″ text= »- 40% » info= »de forceps » width= »5″ fontsize= »25″ percent= »40″ fgcolor= »#dc015b » bgcolor= »#eee » fillcolor= »#fff » type= »full » border= »outline »]

The Doula Book How a Trainer Labor Companion Can Help You Have a Shorter, Easier and Healthier Birth

Second edition- by Marshall, Phyllis Klaus and John Kennell (Perseus Press, 2002)

Voir aussi le document publié par MIDIRS (the Midwives Information and Resource Service, Grande Bretagne) « Support in labor » (soutien pendant l’accouchement) qui présente les statistiques de 10 études randomisées contrôlées portant sur plus de 3000 femmes.

Lire l'historique des doulas

Télécharger la plaquette "Une doula c'est quoi ?"