Questions fréquentes

Voici une série de questions et réponses sur les sujets les plus souvent abordés pour mieux définir en quoi consiste l'accompagnement de la doula.

Définition

Une doula est-elle une sage-femme ?
Non. Le métier de sage-femme est une profession médicale réglementée. En France une doula ne pratique pas d’acte médical (usage de matériel médical, examen et son interprétation, diagnostique, etc) et ne prend pas de responsabilité médicale (décision, prescription, etc).
Les fonctions d’une doula consistent à : informer, accompagner, soutenir physiquement et moralement, aider si besoin à la communication entre les parents et le corps médical. Elle ne prend pas de décision à la place des parents et ne doit en aucun cas chercher à les influencer.
Le jour de l'accouchement, à quel moment la doula rejoint-elle les parents ?
Dans le cadre d’un accouchement à domicile, l’accompagnement se fera en présence de la sage-femme qui doit toujours être contactée en premier.
Pour un accouchement en maternité, la doula peut rejoindre le couple à la maternité si ils le désirent et que l’équipe médicale est d’accord.
Et si je désire une péridurale ? Et dans le cas d'un accouchement par césarienne ?
Quand la doula accompagne une femme ou un couple, elle respecte ses choix, quels qu’ils soient.
Dans le cas d’une péridurale, la douleur disparaît au profit d’une médicalisation. Il peut devenir plus difficile à la femme de se sentir active dans le processus. Et se sentir active constitue souvent une clé pour une expérience constructive à long terme de la naissance. Les questions et les angoisses peuvent demeurer et la solitude s’installer. La doula reste avec la mère et son compagnon. Elle peut les aider à prendre conscience de ce qui se passe en elle et à rester dans le contact avec leur enfant.
Dans le cas d’une césarienne, l’accompagnement de la doula peut être d’autant plus bénéfique que la mère et le père peuvent vivre cet évènement d’une manière difficile voire douloureuse ou angoissante. La doula est particulièrement attentive à favoriser l’attachement mère-enfant parfois plus délicat et à soutenir la femme qui doit faire face simultanément à deux enjeux de taille : l’adaptation à sa nouvelle situation de mère et la récupération d’une intervention chirurgicale majeure. Une femme ayant donné naissance par césarienne peut avoir besoin de revenir sur cet événement longtemps après. La doula reste disponible pour cela.
Et le père dans tout ça ?
La doula accompagne le couple parental et est donc présente aussi bien pour la mère que pour le père. À sa demande elle peut éventuellement organiser un entretien avec lui dans un lieu neutre lui offrant ainsi un espace d’écoute pour poser ses questions à lui, pour l’éclairer sur le déroulement de la naissance et la place qu’il souhaiterait prendre, lui donner des repères utiles pour la grossesse et les premiers temps à la maison avec leur nouveau-né. Pendant l’accouchement la doula est là aussi pour lui en lui offrant un soutien émotionnel et pratique.
Quel type de formation la doula reçoit-elle ?

Les doulas référencées dans notre annuaire viennent d’horizons divers cependant elles ont toutes validé le Cursus de base de Formation de DDF et elles s’engagent à respecter la Charte des Doulas de France . Nous conseillons aux parents de demander à la doula qu’ils contactent d’expliquer leur parcours, les formations suivies et de les mettre en relation avec des couples qu’elle a accompagnés.
Souvent les formations reposent sur le principe de transmission de femme à femme, la valeur de la confiance dans les compétences de la femme, du partage de l’expérience et de l’échange dans l’accompagnement, la clarté relationnelle nécessaire à la relation d’aide. Elles se présentent quelques fois sous la forme d’un accompagnement de la future doula, de manière à lui faire intégrer la nature de l’accompagnement d’une femme.
Elles peuvent proposer : anatomie et physiologie de la grossesse, du travail, de la naissance, de la période post natale, complications et interventions médicales, techniques et méthodes d’accompagnement spécifique de ces différentes étapes, allaitement, hygiène de vie, consentement éclairé, relations humaines… Elles comportent des parties théoriques et des exercices pratiques, des mises en situation.
Les certificats requièrent l’adhésion à un code de déontologie, des acquis théoriques plus étendus, des accompagnements évalués et une validation des compétences.
Les doulas complètent ces formations par leur participation à des conférences, séminaires, échanges entre doulas et avec les autres professionnels de la naissance, autres formations, lectures, recherches personnelles.

Aujourd’hui les doulas ne peuvent faire l’économie d’une connaissance spécifique dans le domaine de la périnatalité. Cependant la doula qui vous convient n’est pas nécessairement la plus instruite, dans cette activité les qualités humaines prévalent sur les connaissances académiques.

La doula travaille-t-elle seule ?

Non la doula travaille en lien avec d’autres associations de soutien à la parentalité, à l’allaitement, à la difficulté maternelle, au deuil périnatal, mais aussi avec d’autres professionnels de la santé et de la périnatalité (sage-femme, consultante en lactation, ostéopathe, psychologue …) vers lesquels elle peut diriger les parents lorsque ce n’est plus dans le cadre de ses compétences.

Pour soutenir les doulas dans leur pratique et leurs questionnements, l’association Doulas de France propose le Marrainage : un programme d’accompagnement de la doula par une de ses pairs, elle-même doula expérimentée avec qui elle pourra débriefer sa pratique et échanger sur les problématiques rencontrées lors se ses accompagnements.

Rémunération

Comment, par qui est rémunérées une doula?
Par les parents. La revue Cochrane mentionne une étude montrant que les meilleurs résultats du travail d’une doula se retrouvent lorsqu’elle est engagée de façon privée par les parents et rémunérée par eux et donc indépendante de l’institution médicale.
La doula est-elle remboursée par la Sécurité Sociale ?
Non, pas en France, l’accompagnement par une doula se situant hors champ médical. Par contre l’accompagnement de la doula s’inscrit dans le cadre du service à la personne et les parents peuvent rémunérer la doula via le système du CESU (Chèque Emploi Service Universel) ou aussi du CESU préfinancé qui permet aux parents de bénéficier d’une déduction d’impôt ou d’un crédit d’impôt.
Existe-t-il un barème de tarifs pratiqués par les doulas ?
Chaque doula applique des tarifs personnalisés qu’elle a elle-même fixés. Elle peut les adapter à la situation financière de chaque famille. Les tarifs ne sont pas fonction de l’expérience.
Pour donner un ordre d’idée, la doula propose -en général- 5 à 10 visites d’une durée de 2h minimum à répartir autour de l’arrivée du bébé selon les besoins. Lors de l’accouchement, si cela est la demande des parents, la doula proposera une disponibilité complète aux alentours du terme (15 jours avant et une semaine après) avec une présence à partir du moment où la mère (ou le père) en ressent le besoin jusqu’à après la naissance, le temps que tout le monde soit bien installé. Les visites se font sur une base de 40 à 70 euros et pour l’accouchement entre 150 et 300 euros en moyenne.
Beaucoup de doulas préfèrent proposer un forfait qui donne plus de liberté, ceux-ci varient entre 350€ et 700€ suivant la présence ou non à l’accouchement.
Les familles utilisent souvent la prime de la mutuelle, ou parfois peuvent inclure le service de la doula dans leur liste de naissance.

Relation avec le corps médical

Comment les doulas sont-elles accueillies par les sages-femmes ?
En France, l’accueil est variable. De plus en plus de sages-femmes comprennent que nous travaillons ensemble pour le bien-être des parents et de l’enfant, que nous ne sommes pas là pour prendre une partie de leur travail mais en complément pour créer un environnement soutenant des parents et aussi des sages-femmes. C’est à la doula de par son comportement à montrer qu’elle n’empiète à aucun moment sur le travail des sages-femmes. Les parents discutent préalablement de l’éventuelle présence de leur doula à l’accouchement lorsqu’ils présentent leur projet de naissance.
Parmi les sages-femmes qui pratiquent un accompagnement global, plusieurs apprécient le soutien complémentaire qu’apporte une doula aux parents.