Barbara, maman d’Esther

Enceinte pour la seconde fois, je cherchais un moyen de vivre un accouchement différent de celui que j'avais vécu où j'avais craqué sur la fin en demandant une péridurale. Ne sachant comment trouver une sage-femme qui me comprenne, j'ai surfé sur le net et découvert le site des "Doulas de France". J'ai été interpellée par la vocation de ces femmes ainsi que par les quelques témoignages que j'ai lus.
J'ai appelé Delphine. Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois, elle, mon mari et moi. Je rêvais d'un accouchement naturel, avec le moins de médicalisation possible.
Nous avons beaucoup partagé ; elle m'a conseillé des livres que j'ai dévorés. J'étais convaincue que sa présence à l'accouchement était pour moi la seule façon de pouvoir vivre cet accouchement physiologique que j'espérais tant. Et je n'ai pas été déçue...
Il m'a fallu un peu de temps pour accepter les contractions, les accueillir et les apprivoiser. Delphine était à coté de moi, silencieuse, mais je savais qu'elle comprenait ce que je vivais et c'était pour moi le plus important. J'étais à la maternité (les accouchements à domicile ne se pratiquent plus dans ma région) mais les sages-femmes étaient peu présentes et nous laissaient relativement libres.
Delphine a été un point d'ancrage et un réconfort. Elle m'aidait à trouver les positions les moins douloureuses, elle m'appuyait sur le bas du dos à chaque contraction, elle me permettait de poser ma tête sur ses genoux entre les contractions, elle m'encourageait, m'aidait à entrer en moi-même, à m'ouvrir, penser au bébé et non pas à la douleur. Et l'incroyable - pour moi - se produisit : donner la vie naturellement, sans ocytocine extérieure, sans péridurale, sans rien de médical à proprement parler.
A mon premier accouchement, j'étais heureuse d'avoir mon mari auprès de moi. Mais au deuxième, je savais que c'était de la présence d'une femme dont j'avais besoin. Mon mari n'est arrivé que pour la fin (la dernière demi-heure, après trente heures de travail) mais c'était dur pour lui de me voir souffrir ainsi. Seule une doula ou une femme ayant eu cette même expérience pouvait me comprendre et m'aider sur ce chemin.
Aujourd'hui, cela fait un an exactement que ça s'est passé mais tout est resté gravé dans ma mémoire. Je suis heureuse et fière d'avoir vécu cette expérience magnifique, extraordinaire, inoubliable, presque indicible. De tout coeur, merci Delphine.