Près de Pont-Audemer, Angélique Ballue exerce la profession méconnue de « doula »

l’Éveil de Pont-Audemer, 12 août 2021

Par Marie-Josée Aubert

« Doula », ce nom ne vous dit probablement rien. Alors, que se cache-t-il derrière ce terme ? Selon le dictionnaire Larousse, la doula (du grec doulê, esclave, servante) est une femme qui accompagne et soutient une femme enceinte et son entourage avant, pendant et après l’accouchement.

Pour mieux comprendre le métier de doula, nous sommes allés à la rencontre d’Angélique Ballue, accompagnante à la vie, coprésidente de l’association Doulas de France* et membre du Collectif Doulas Normandie, installée depuis le 28 mars 2021 à Saint-Philbert-sur-Risle, près de Pont-Audemer (Eure). « Je me suis formée en 2019 au sein de l’institut des doulas de France, afin d’acquérir des bases solides en termes de compétences. C’est quelque chose auquel j’aspirais depuis longtemps, mais je n’en avais pas conscience. C’est avant tout un métier de passion, un savoir être plus qu’un savoir-faire. J’aime m’occuper des moments difficiles. Depuis deux ans que je pratique, je suis en constant questionnement », explique la jeune femme.

[…]

 

Accompagner les naissances

L’association Doulas de France a vu le jour en 2006. Elle compte entre 150 et 200 adhérents regroupés dans un annuaire. En France, si la profession n’est pas reconnue, elle est rigoureusement encadrée. « C’est encore un métier alternatif, pas reconnu, mais qui se popularise de plus en plus, surtout au Royaume-Uni et en Amérique du Nord. Pour l’encadrer, nous avons créé une charte éthique (secret professionnel, aucun acte médical, soutien du travail des sages-femmes…) », rappelle Angélique.

Son engagement absolu puise ses racines dans son histoire personnelle. « C’est un cheminement assez long. J’avais des convictions féministes très fortes. Quand j’ai rencontré les doulas, j’ai pris conscience de ce cheminement. Le vécu personnel de mes deux grandes sœurs confrontées à la violence gynécologique et obstétricale a provoqué un déclic. J’ai moi-même traversé une dépression post-partum. Je me suis alors rendu compte que les parents avaient beaucoup de besoins. Mon souhait est de faire avancer les choses. »

Soutenir, conseiller, rassurer… En quoi consistent précisément les services de cette accompagnatrice de naissances ? « J’œuvre auprès des femmes et des couples en les soutenant de manière inconditionnelle afin que chacun soit actrice ou acteur de sa vie et puisse faire des choix libres et éclairés. Je peux accompagner une grossesse, un accouchement, une adoption, un IVG, un deuil périnatal, apporter des retours d’expériences et des informations sur les solutions possibles. Mon travail c’est de créer un espace et un temps où la personne doit se sentir en sécurité avec les solutions qui lui conviennent. Je me positionne de façon horizontale, dans la confiance absolue ; c’est un travail d’écoute. Mon objectif est de ne pas venir avec mes valeurs et mes croyances, mais d’adopter le cadre de référence de la personne que j’accompagne, simplement pour une heure ou sur un terme plus long, en fonction de ses besoins. Je n’ai pas de cabinet, je me déplace. »

Pour rappel, la notion d’accueil inconditionnel a été théorisée par Carl Rogers, psychologue humaniste américain (1902-1987). La personne est acceptée telle qu’elle est, dans l’ici et maintenant, avec le cadre de référence qui lui est propre. « Chaque accompagnement est unique. On n’a pas de présupposés ; on s’occupe des besoins présents. C’est aussi un processus d’acceptation », précise l’accompagnante à la vie.

Fin de vie et deuil

Angélique Ballue est également thanadoula ou accompagnante de personnes en fin de vie ou confrontées au deuil. « Je suis formée par Couleur Plume* à l’accompagnement de la fin de vie et du deuil. Mon travail consiste à apporter tout un horizon pour dire : « Ce que tu vis est normal. » La fin de vie et le deuil sont des moments de tempête émotionnelle durant lesquels nos repères vacillent. Je suis là pour sécuriser. Je m’occupe du côté émotionnel mais aussi du côté pratico-pratique (accompagnement aux rendez-vous médicaux, aux pompes funèbres, etc.). »

De notre correspondante Marie-Josée Aubert

*Doulas de France est une association indépendante qui fonctionne grâce aux adhésions de ses membres et au travail des volontaires. Elle n’emploie aucun salarié et tous les membres du bureau, du conseil d’administration, les membres actifs sont bénévoles.

*Couleur Plume est une équipe de professionnels au service des personnes confrontées à leur propre mort ou à celle d’un proche, à travers des accompagnements individuels, ainsi que des ateliers et des séjours pour des personnes en deuil.