Les doulas : la femme au service de la femme

Bio Contact, mai 2005

200505-BioContactUne présence rassurante, une écoute attentive, un soutien psychologique, voilà ce qu'une doula peut apporter aux futurs parents confrontés à l'inconnu d'une naissance.

Depuis la nuit des temps, les femmes ont été entourées et conseillées par d'autres femmes pendant le travail et l'accouchement. Les doulas, terme d'origine grecque signifiant « la femme au service de la femme », sont de nos jours formées et expérimentées en matière d'accompagnement de la grossesse, de l'accouchement, de l'allaitement, des suites de couches (1). Elles connaissent les différentes étapes d'une grossesse, sont formées à aider et soutenir les mamans en cas de grossesse / accouchement / allaitement difficile et aident le couple à trouver par lui-même la voie vers un accouchement tel qu'ils le désirent.

Une maman témoigne : « Son rôle, sa fonction ? Être là, et par sa seule présence m'ouvrir la voie. me montrer que, comme elle l'a fait, je vais donner la vie, traverser le miroir, et redevenir ensuite la même et pourtant une autre. Concrètement, me masser le dos avec le jet d'eau brûlante durant la contraction. échanger quelques mots. son regard, sa présence. Faire ce dont j'ai besoin (avertir la sage-femme que les choses se précipitent, prévenir mon compagnon et mon fils que l'arrivée du bébé est imminente.) sans que j'aie quasiment besoin de le dire. » Blandine.

Le sentiment de sécurité intérieure de la mère est une clé pour qu'un accouchement se passe bien. Mais le stress provoqué par les pratiques invasives souvent pratiquées en routine dans les hôpitaux telles que les touchers vaginaux, le rasage, la pose de sonde urinaire, la position imposée. engendrent des réactions hormonales qui peuvent provoquer des perturbations.

Comme l'a prouvé le Dr Michel Odent, la physiologie de l'accouchement est liée à un équilibre hormonal précis. Et cette sécrétion d'adrénaline due à un stress provoque une diminution de la sécrétion d'endomorphiniques (hormone naturelle du corps à effet euphorisant et qui calme la douleur), ce qui augmente par conséquent la douleur, et peut retentir sur les contractions, les ralentir ou perturber le travail : l'adrénaline est antagoniste des ocytociques qui sont indispensables pour un rythme efficace et soutenu des contractions.

Selon l'OMS (2), « Les rapports et les essais contrôlés randomisés sur le soutien apporté pendant le travail par une seule personne, une « doula », une sage-femme ou une infirmière, ont montré qu'un soutien empathique et physique continu pendant l'accouchement s'assortissait de nombreux avantages, y compris un travail plus court, une diminution sensible de la médication et de l'analgésie épidurale, un nombre réduit de scores d'Apgar (test permettant d'évaluer l'état du nouveau-né) inférieurs à 7 et moins d'accouchements nécessitant une extraction instrumentale » (3).

« En réalité, cependant, les choses sont sensiblement différentes de la situation idéale décrite ci-dessus. Dans les pays industrialisés, les femmes en travail se sentent souvent isolées dans les salles de travail des grands hôpitaux, entourées d'appareils et privées de l'appui amical des dispensateurs de soins ». C'est ainsi qu'une doula présente aux côtés des parents dès le début de la grossesse va favoriser ce sentiment de sécurité et en rassurant la femme va lui permettre de prendre confiance en elle. Elle traduit aussi le jargon trop souvent compliqué des équipes médicales et veille à ce qu'on communique aux futurs parents toute l'information nécessaire si jamais une situation imprévue survient. De même, elle s'assure que les besoins é motionnels (non médicaux) de la future maman soient pris en compte, tout en renforçant la communication et la compréhension entre la femme ou le couple et l'équipe soignante.

Qui est la doula ?

Ce n'est ni une sage-femme ni une infirmière, elle ne pratique pas d'examens ni ne prescrit de médicaments, elle ne donne pas non plus de second avis médical. Elle peut cependant donner des informations sur des techniques utilisées pour soulager ou aider pendant la grossesse ou l'accouchement, elle aide également à la préparation d'un projet d'accouchement ou dirige la parturiente vers d'autres personnes spécialisées (exemples : ostéopathe, conseillère en lactation.).

Bon nombre de doulas ou accompagnatrices à l'accouchement ont elles-mêmes des outils diversifiés tels que la sophrologie, visualisation, massages. afin de répondre au mieux aux besoins des parents qui sont bien différents d 'un couple à l'autre. « Les moments passés ensemble avec mon compagnon, Pascale et moi m'ont permis de mettre à plat mes peurs et de travailler dessus, d'appréhender un accouchement le plus physiologique possible, de consacrer du temps exclusivement réservé à l'arrivée de notre bébé, de réfléchir aux conditions dans lesquelles nous souhaitions accueillir notre enfant et enfin d'élaborer un projet de naissance synthétisant le tout. Elle m'a apporté le côté affectueux, bienveillant et affable inexistant dans les stru ctures médicalisées.

Je me suis sentie écoutée, accompagnée et respectée dans mes choix tout au long de cette aventure. Merci à elle de tout cour. ».

Le nombre des sages-femmes en exercice en France est deux fois moins important que celui en Grande Bretagne (26 000 environ contre à peine plus de 16 000 en France en 2004), pour un nombre de naissances sensiblement égal, alors il est humainement presque impossible d'assurer et un suivi médical lors des examens obligatoires qui se limitent bien souvent à des techniques telles que la pesée, la mesure de la hauteur utérine et l'examen du col de l'utérus, et d'assurer en plus un suivi d'informations, de soutiens psycho-émotionnel.

Des essais cliniques randomisés (4) sur le soutien émotionnel et physique pendant le travail ont démontré de multiples avantages :
. 50 % de diminution du taux de césarienne
. 25 % de réduction du temps de travail
. 60 % de réduction de demande de péridurale
. 30 % de réduction d'utilisation d'analgésique
. 40 % réduction de l'utilisation de forceps

Dès les rencontres prénatales, la doula peut être une interlocutrice importante pour le père, qui bien souvent n'a pas de lieu de parole, ni de personne à qui poser ses questions durant la grossesse. Elle peut lui apporter une aide morale, lui montrer des techniques de massages, des positions, etc.. pour le préparer à accompagner sa femme.

Lors de l'accouchement, la doula peut, si le père le souhaite, l'aider à trouver sa place en le guidant dans ses gestes et ses paroles pour mieux accompagner la mère. Elle peut lui permettre de comprendre ce qui se passe sur le déroulement des événements qui jalonnent la naissance.

Elle soutient les deux parents

La présence de la doula auprès de la femme peut aussi donner au père la liberté d'aller et venir, voire de s'absenter, sans se culpabiliser. Du point de vue la mère, elle ne fait plus peser tout le poids de sa demande de soutien sur le père, elle se libère de l'éventualité de lui en vouloir dans le cas où il craquerait.

Il peut se trouver débordé par des peurs face à l'expression de la douleur de la femme en travail, et à l'intensité émotionnelle de l'événement, et il peut avoir besoin d'être soutenu lui-même. La doula apporte à la mère et au père le réconfort, l'ancrage et le recul d'une femme d'expérience. Son implication émotionnelle est différente, plus distanciée.

En tant que femme, elle peut aussi rassurer le père sur l'état particulier, instinctif, dans lequel se trouve sa compagne durant l'accouchement, beaucoup de mamans sont très satisfaites d'avoir bénéficié de cette aide : « Avoir une doula à la naissance de notre fils a aidé tout le monde, moi, mon mari, et mon fils. Elle allait au devant de mes besoins avec sensibilité pendant l'accouchement et elle était un guide merveilleux pour montrer à mon mari comment m'aider de la meilleure manière. Je recommanderais à tout le monde d'avoir une doula si c'est possible, surtout dans le cas d'un long accouchement à l'hôpital ». (Helen, une maman australienne).

Et après l'accouchement ?

Le plan périnatalité de Monsieur Douste-Blazy « Humanité, proximité, sécurité, qualité 2005-2007 » va encore plus morceler le suivi des grossesses en ajoutant aux visites déjà lourdes et autres examens, une visite chez le psychologue. La recherche de la trop grande sécurité médicale rend plus difficile une attention aux émotions ou une écoute dès le début de la grossesse, alors qu'il s'agit là de facteurs influençant le bon déroulement de la naissance et la qualité du lien établi entre parents et leur bébé (5).

C'est en cela que la doula tient un rôle important, en se tenant aux côtés de la femme dès les premiers mois de la grossesse et sur une période qui peut aller jusqu'à plusieurs mois après l'accouchement. Cette présence continue est rassurante, donne un repère dans cette période de bouleversements.

Selon l'OMS, « un accouchement normal, à condition qu'il soit à faible risque, nécessite seulement l'observation attentive d'une accoucheuse ou d'un accoucheur qualifié capable de déceler les signes précoces de complications. Il ne requiert aucune intervention, seulement des encouragements, un soutien et un peu de tendresse » (2). Alors, à quand de vraies Maisons de Naissance en France telles qu'on les connaît en Grande-Bretagne ou aux Pays-Bas et qui ont déjà démontré leur efficacité ?

Diana Siemiradzka.
Doula en formation AMA (Altérité maternelle appliquée) stagiaire à la Leche League, maman de deux enfants, elle travaille en collaboration avec d'autres doulas par le biais de l'association Naturellement Bébé (6). Maman de Tatiana et Adriana.

1. Formations en France : AMA (Altérité maternelle appliquée) www.doulas.info/ama.php ou le 06.10.62.28.49, Dr Martine Savès et Alna (Association des accompagnantes à la naissance), tél. : 06.07.61.66.03, www.alna.fr.
2. www.who.int, choisissez la langue française puis tapez « doula » dans la fenêtre « chercher ».
3. Klaus et al. 1986, Hodnett et Osborn 1989, Hemminki et al. 1990, Hofmeyr et al. 1991.
4. The Doula Book : How a Trained Labor Companion Can Help You Have a Shorter, Easier, and Healthier Birth, Klaus Marshall, Klaus Phyllis et John Kennell (Perseus Press, 2002). En anglais.
5. Salomé Viviana, juriste, les graves insuffisances du « plan périnatalité »
6. Naturellement Bébé, 15, rue de Mulhouse, 94500 Champigny-sur-Marne